Qu’est-ce que l’érosion ?
La méthode du tiers inférieur
Règlement sur le contrôle des sédiments

 

Qu’est-ce que l’érosion?

L’érosion est un mécanisme où les particules de sol sont détachées et déplacées de leur point d’origine. Au Québec, le principal élément déclencheur de l’érosion est l’eau. Privés de leur couche protectrice naturelle qu’est la végétation, les sols deviennent vulnérables à l’érosion.

Quand les gouttes de pluie arrivent sur le sol nu, elles agissent comme de véritables petites bombes et font éclater les particules de sol. En retombant, les particules de sols bouchent les fissures du sol, le rendant ainsi imperméable. L’eau, qui ne peut plus être absorbée, ruisselle à la surface et entraîne avec elle des particules de sol nommées les sédiments.

  (JPG)
  De véritables petites bombes!

 

Les sédiments : le résultat de l’érosion
Les sédiments sont un mélange de particules de sol de différentes grosseurs. Quand ils sont transportés par l’eau, les sédiments sont déplacés plus ou moins loin de leur site d’origine selon leur taille. Les plus grossiers, tels les graviers et les sables, s’arrêtent généralement près de leur lieu d’origine, car l’eau n’a plus assez d’énergie pour les déplacer. Les sédiments fins, comme les argiles, les matières organiques et les limons, restent longtemps en suspension dans l’eau, ce qui leur permet de se déposer beaucoup plus loin. Les particules fines donnent à l’eau une apparence trouble et sale.

Processus d’érosion sur les sols mis à nu
Différentes étapes se passent avant que les sédiments provenant des sols mis à nu (sans aucune végétation protectrice) atteignent les cours d’eau.
1- La pluie agit comme des millions de petites bombes qui émiettent le sol sans végétation.
2- L’eau qui ruisselle à la surface du sol prend en charge les particules du sol et les déplace.
3- Des rigoles et des ravineaux se créent…
4- … et se transforment en ravins
5- L’eau remplie de sédiments ira envaser, en aval, le lit d’un cours d’eau plus calme où les pentes sont moins fortes.

(JPG)

 

Les impacts de l’érosion
L’érosion des sols coûte cher sur le plan économique :

  • La perte de sol fertile et son remplacement;
  • Le blocage des ponceaux et des égouts pluviaux;
  • L’augmentation des coûts de filtration de l’eau potable;
  • L’augmentation des risques d’inondation à cause du colmatage des cours d’eau;
  • La perte de zones de baignade.

L’érosion des sols coûte cher sur le plan environnemental :

  • La diminution de la qualité de pêche;
  • La destruction des frayères;
  • La mort des poissons par asphyxie;
  • La réduction de la transparence de l’eau;
  • Le réchauffement de l’eau;
  • La prolifération excessive des plantes aquatiques due à la formation de fonds vaseux et de l’apport de matières organiques;
  • Des produits toxiques accompagnent fréquemment les sédiments.

Principe de lutte à l’érosion des sols
Le grand principe de la lutte à l’érosion des sols consiste à empêcher l’eau de devenir érosive. La végétation est et restera toujours le meilleur moyen d’empêcher l’érosion. Trois approches sont possibles :
1- Empêcher d’abord l’eau d’atteindre sa vitesse d’érosion;
2- Dévégétaliser le moins possible;
3- Couvrir rapidement les sols mis à nu.

Pour plus d’information sur ces approches, consulter le guide Lutte à l’érosion sur les sites de construction ou de sol mis à nu

 

La méthode du tiers inférieur

Dès sa naissance, en 1996, le RAPPEL entreprend de trouver des solutions autant économiques qu’écologiques pour contrer l’un des principaux polluants des lacs et des cours d’eau du Québec : les sédiments. En partenariat avec la Direction de l’Estrie du ministère des Transports, le RAPPEL a créé la méthode du tiers inférieur pour entretenir les fossés routiers. En 2000, la fiche de promotion environnementale FPE-01 du ministère des Transports et le vidéo Le fossé écologique et… économique du RAPPEL présentent et expliquent cette méthode.

La méthode du tiers inférieur consiste à nettoyer le fond du fossé et à conserver les deux tiers supérieurs de la végétation sur les côtés. Elle fait présentement l’objet d’une évaluation scientifique par Pascal Monast Robineau, dirigé par Jean-Marie Dubois et Léo Provencher, géographes de l’Université de Sherbrooke. Les résultats préliminaires de la première année montrent qu’elle est moins coûteuse et plus efficace que la méthode traditionnelle qui consiste à enlever toute la végétation. Ces données seront prochainement confirmées par les résultats de la seconde année de recherches subventionnée par la Direction de l’Estrie et la Direction de la recherche et de l’innovation du ministère des Transports du Québec.

Méthode du tiers inférieur                           Méthode traditionnelle

(JPG)

Source : P. Monast Robineau, L. Provencher, J.-M. Dubois (2006) Méthode d’évaluation de l’érosion des fossés routiers. Université de Sherbrooke, ministère des Transports du Québec.

La méthode du tiers inférieur est une norme provinciale depuis 2002 (norme 1401 MTQ). Il s’agit donc d’une norme obligatoire sur le réseau routier provincial. Le RAPPEL souhaiterait que chacune des municipalités en fasse également une norme obligatoire sur leur réseau routier municipal. Il s’agit d’un moyen simple, efficace et économique pour améliorer la qualité de l’eau et la stabilité des fossés.

Des premiers résultats époustouflants!
Les résultats préliminaires de l’évaluation de la méthode du tiers inférieur sont très intéressants. Ils font la comparaison entre la méthode du tiers inférieur et la méthode traditionnelle d’entretien des fossés routier. Ils concernent la matière érodée, le degré d’érosion et le coût économique.

Estimation de la matière érodée selon la méthode d’entretien utilisée

(JPG)

On remarque qu’il y a 10 fois moins de matière érodée avec l’utilisation de la méthode du tiers inférieur.

(JPG)

Les différents types d’érosion sont beaucoup moins importants avec la méthode du tiers inférieur.

Données économiques (Source : P. Monast Robineau et al., 2006)

Temps moyen d’installation des sites :

  • Tiers inférieur : 34 secs/m linéaire
  • Traditionnelle : 91 secs/m linéaire
    Le temps moyen d’installation est 3 fois plus court avec la méthode du tiers inférieur!

Estimation de la quantité moyenne de déblais :

  • Tiers inférieur : 32 m³
  • Traditionnelle : 101 m³
    La quantité moyenne de délais est 3 fois moins importante avec la méthode du tiers inférieur!

En conclusion, la méthode du tiers inférieur permet d’économiser temps et argent et elle limite l’érosion dans les fossés routiers.

Référence : P. Monast Robineau, L. Provencher, J.-M. Dubois (2006) Méthode d’évaluation de l’érosion des fossés routiers. Université de Sherbrooke, ministère des Transports du Québec.

 

Règlement sur le contrôle des sédiments

En 2001, le RAPPEL réalise le vidéo Maudits sédiments! Cet outil de sensibilisation, principalement à l’intention des entrepreneurs en construction, fait un inventaire des différentes pratiques écologiques permettant de contenir les sédiments à la source. En 2003, en partenariat avec l’Association provinciale des constructeurs d’habitation du Québec (APCHQ), le guide Lutte à l’érosion sur les sites de construction ou de sol mis à nu décrit et explique de façon détaillée l’ensemble des techniques présentées dans le vidéo.

Toutefois, tout au long de ses recherches, le RAPPEL prend connaissance de l’existence des règlements visant à contrôler les sédiments sur les sols remaniés. Chez nos voisins du sud, plus d’une vingtaine d’États sont munis de tels règlements et les font appliquer. Il n’en fallait pas plus pour qu’en 1999, le RAPPEL propose ses recommandations pour une politique québécoise de contrôle des sédiments à la commission du BAPE, lors des audiences publiques sur la gestion de l’eau. Depuis, ces recommandations ont été remaniées et sont devenues le Règlement sur les permis relatifs au contrôle de l’érosion lors du remaniement des sols sur les sites de construction. Le département des techniques juridiques du Séminaire de Sherbrooke a participé à la mise en forme légale du règlement alors que sa valeur légale a été validée par une firme d’avocats de Sherbrooke. 

Vous avez un projet en tête ou une problématique particulière à résoudre?

Vous avez besoin de l’appui d’une équipe d’experts afin d’orienter vos réflexions ou guider votre projet?