Dans le sud du Québec, les lacs datent de la fin de la dernière période glaciaire, soit il y a environ 12 000 ans. Ces lacs peuvent donc être considérés comme étant au début de leur cycle d’évolution. De façon naturelle, un lac va être comblé graduellement par les apports de sédiments provenant des tributaires et par le dépôt de matières organiques. Ce phénomène appelé eutrophisation se produit toutefois sur des milliers d’années, voire des centaines de milliers d’années.

L’eutrophisation est le phénomène de vieillissement des lacs, qui se caractérise par une augmentation de la productivité c'est-à-dire notamment par un accroissement des plantes aquatiques et des algues. C’est un phénomène naturel à l’échelle géologique, mais qui se trouve fortement accéléré par les matières nutritives et les sédiments apportés par diverses activités humaines.

Dans un plan d’eau en santé et jeune, les éléments nutritifs sont présents à de faibles concentrations et assurent une croissance normale des plantes aquatiques et des algues microscopiques (phytoplancton). Lorsque le phosphore devient trop abondant, il cause une croissance excessive des végétaux aquatiques. Cet envahissement par les plantes aquatiques et les algues a pour effet de détériorer la qualité des eaux, affectant ainsi la qualité esthétique, le goût et l’odeur de l’eau et modifiant la composition de la faune aquatique présente, dont celle des espèces de poissons d’intérêt sportif. La santé et la pérennité du plan d’eau ainsi que les différents usages humains sont donc grandement affectés par l’eutrophisation.

(JPG)


Niveau trophique

On peut classer les lacs en trois grandes catégories trophiques, selon leur stade d’eutrophisation :

Oligotrophe Peu nourri Lacs pauvres en matières nutritives et contenant plusieurs espèces d’organismes aquatiques, chacune d’elles étant représentée en nombre relativement faible. L’eau se caractérise par une grande transparence, une importante teneur en oxygène et peu de matières organiques.
Mésotrophe Lacs qui se situent entre les lacs oligotrophes et les lacs eutrophes. Par rapport aux lacs oligotrophes, on y note une augmentation de la quantité de matières organiques et des organismes aquatiques (végétaux, animaux, bactéries).
Eutrophe
Bien nourri
Lacs riches en matières nutritives. Ces lacs sont relativement peu profonds, recouverts d’une large ceinture de végétation aquatique et on y note la présence d’espèces de poissons peu exigeants en oxygène. Le fond est couvert de sédiments riches en matières organiques.


Vieillissement accéléré par les activités humaines

Malheureusement, les activités humaines (urbanisation, villégiature, activités agricoles, forestières et industrielles) accélèrent le processus d’eutrophisation des lacs en augmentant significativement les apports de sédiments (particules de sols) et de nutriments.

Les apports en matières nutritives, comme le phosphore et l’azote, provenant entre autres d’installations septiques mal entretenues ou d’usages excessifs de fertilisants, sont responsables de l’eutrophisation accélérée du lac. D’autre part, les apports en sédiments, provenant essentiellement de l’érosion des sols du bassin versant, envasent le fond et contribuent également à l’eutrophisation accélérée du plan d’eau.

Les principales sources de nutriments sont les :

  • Engrais domestiques (pour pelouses, platebandes, etc.);
  • Engrais agricoles (engrais chimiques, lisiers, etc.);
  • Eaux usées (domestiques, municipales);
  • Détergents, lessives et savons;
  • Coupes forestières abusives (sols mis à nu);
  • Érosion des rives;
  • Rejets de sites d’enfouissement;
  • Rejets industriels.

Vous avez un projet en tête ou une problématique particulière à résoudre?

Vous avez besoin de l’appui d’une équipe d’experts afin d’orienter vos réflexions ou guider votre projet?