Qu’est-ce qu’un milieu humide?
Les types de milieux humides

Des milieux naturels en péril…

Inventaire biologique de 70 milieux humides de l’Estrie

 

(JPG)

Qu’est-ce qu’un milieu humide?

Les milieux humides sont des sites saturés d’eau ou inondés durant une période suffisamment longue pour influencer les composantes du sol et de la végétation. Se rapprochant davantage du milieu aquatique lors des inondations, le milieu humide devient presque un milieu terrestre durant les sécheresses.

L’importance des milieux humides
Même si ces milieux ont mauvaise réputation, ils sont pourtant des écosystèmes exceptionnels et utiles. Ils font partie intégrante du cycle hydrologique. Les milieux humides :

  • Se caractérisent par une forte productivité biologique;
  • Supportent des habitats pour la faune et la flore, tant terrestres qu’aquatiques;
  • Agissent comme une protection naturelle en tant que zone tampon;
  • Servent à la filtration des polluants et des sédiments en suspension dans l’eau;
  • Jouent le rôle de régulateurs naturels, en retenant les surplus d’eau, diminuant ainsi les risques d’inondation et d’érosion des rives. Il ne faut pas oublier qu’ils sont aussi de beaux endroits propices au calme et à la pratique de plusieurs loisirs.

 

Les types de milieux humides

(JPG)

L’étang
Étendue d’eau reposant dans une cuvette dont la profondeur n’excède généralement pas deux mètres au milieu de l’été. Le couvert végétal, s’il existe, se compose surtout de plantes aquatiques submergées et flottantes.

 

 

 

Le marais(JPG)
Dans un marais, le substrat est saturé ou recouvert d’eau durant la plus grande partie de la saison de croissance de la végétation. Le marais est caractérisé par une végétation herbacée émergente. Les marais s’observent surtout à l’intérieur du système marégraphique et du système riverain.

 

 

Le marécage(JPG)
Les marécages sont dominés par une végétation ligneuse, arborescente ou arbustive croissant sur un sol minéral ou organique soumis à des inondations saisonnières ou caractérisé par une nappe phréatique élevée et une circulation d’eau enrichie en minéraux dissous.

 

 

La tourbière(JPG)
Milieux recouverts ou constitués de tourbe et dont la nappe phréatique est généralement élevée. Ils correspondent souvent à d’anciens lacs envahis par la végétation. La tourbière est un milieu où les plantes sont souvent à leur limite de tolérance. Une légère variation dans les caractéristiques (ex. : pH) peut entraîner l’élimination des espèces présentes. Il existe deux grandes catégories de tourbières :

  • Bog (tourbière ombrotrophe) : milieu acide alimenté par l’eau de pluie et caractérisé par une dominance de sphaignes et éricacées;
  • Fen (tourbière minérotrophe) : milieu moins acide que le bog et dominé par des herbacées et d’autres mousses que les sphaignes.

 

Des milieux naturels en péril…

En reconnaissant l’importance capitale des milieux humides pour l’environnement, il faut donc les protéger contre leur dégradation et leur destruction. Plusieurs actions respectueuses de ces milieux peuvent favoriser leur " bonne santé " :

Actions favorisant la " bonne santé " des milieux humides :

  • Préserver l’écoulement de l’eau du milieu humide;
  • Préserver les habitats essentiels des hautes terres et assurer une zone tampon assez large pour réduire les répercussions occasionnées par l’utilisation des sols environnants;
  • Conserver les arbres morts et éviter de faucher les abords du milieu humide;
  • Limiter les répercussions des activités de loisir en demeurant dans les sentiers tracés;
  • Réduire l’utilisation de pesticides et d’engrais pouvant affecter la qualité de l’eau;
  • Respecter les périodes critiques de nidification des oiseaux et de frai des poissons;
  • Veiller à ce que les structures construites près des milieux humides et en bordure des cours d’eau (fondations solides de quais, remises à bateau, etc.) ne portent pas atteinte à l’habitat des poissons et de la faune.

Dans les cas de milieux humides en zone forestière ou agricole :

  • Éviter l’accès du bétail au milieu humide à l’aide de clôtures ou de plantations d’arbres et arbustes;
  • Utiliser des techniques culturales et des systèmes de gestion des pâturages favorisant la conservation du milieu humide;
  • Procéder à des coupes sélectives en dehors des périodes de nidification des oiseaux;
  • Laisser des arbres de grand diamètre dans la forêt pour offrir un habitat naturel aux espèces qui y nichent (écureuils, hiboux, pics, polatouches, canards branchus).

(JPG) La gestion de ces milieux sur une base volontaire s’avère une bonne solution. Les propriétaires de ces sites peuvent eux-mêmes en prendre soin ou choisir l’utilisation d’options de conservation telles que la servitude de conservation, le bail, le don, l’entente de gestion ou d’aménagement et la vente de la propriété.

En collaboration avec les propriétaires, le RAPPEL est prêt à mettre de l’avant des projets visant à améliorer l’état des milieux humides. Il peut aussi agir auprès du public en le sensibilisant à la sauvegarde de ces sites, en l’informant sur le sujet et en l’encourageant à une participation active.

(JPG)

Vous avez un projet en tête ou une problématique particulière à résoudre?

Vous avez besoin de l’appui d’une équipe d’experts afin d’orienter vos réflexions ou guider votre projet?